lundi 11 décembre 2017

Calendriers, fin.








Le calendrier 2018 "Entre Ciel et Mer" est maintenant épuisé...

Que ce temps d'Avent vous doit doux !




lundi 4 décembre 2017

Icônes en visite...






Les icônes sont "de sortie" pour quelques jours,
et invitent les passants à une halte contemplative, curieuse ou déroutante, c'est selon.








Elles ont pris doucement possession des lieux...
Restaient au moment de ces photos quelques détails à affiner...

vendredi 24 novembre 2017

Inspiré de Jérémie ch.38

Jérémie 38, ou presque !

Une très libre expression d'un texte de l'Ancien Testament, Jérémie, ch. 38 :
Le prophète, jeté par ses opposants dans une citerne vide, est sauvé grâce à l'intervention auprès de roi d'un eunuque du palais.

Puissance de l'intercession, de la communion des coeurs, beauté de l'humanité qui unit ses forces et ses pauvres moyens, ici des morceaux de chiffons usés,
pour que revienne à la lumière cette part de nous que nos "ennemis" intérieurs ont jetée aux oubliettes ?

lundi 6 novembre 2017

Rencontre... une exposition en décembre




Un temps de rencontre et de partage :
les icônes de l'Atelier quittent pour quelques jours le silence des oratoires et s'exposent du 2 au 14 décembre à Limogne en Quercy.


                                          
                           


Je serai présente du mardi au samedi de 15h à 18h,  
et le dimanche matin de 9h30 à 13h.






lundi 16 octobre 2017

Marie Reine...


Marie Reine, Protectrice de la Vie... 

"Marie, notre humble soeur, notre Mère et notre reine, miroir net et sacré de l'infinie beauté... "
homélie de Paul VI 

dimanche 16 juillet 2017

Futur iconographe ?


Iconographe en herbe... 

Il va falloir apprendre la patience, 
mais ce pitou a  une très bonne perception de l'icône et un vrai don pour le dessin...



lundi 5 juin 2017

Saint Joseph, suite...








Saint Joseph a reçu ses nouveaux vêtements...

Il ne reste plus qu'à lui faire rejoindre ses pénates.








jeudi 1 juin 2017

La Cène


La Cène, (21 x  30 cm)

Un petit travail sur parchemin... 
Très libre adaptation d'une fresque contemporaine.

jeudi 25 mai 2017

Saint Joseph...







Un petit travail de mise en gaieté du saint patron de l'école saint Joseph...
Le temps se prête à un premier nettoyage champêtre...














Quelques  réparations à envisager : l'enfant Jésus a une fracture du crâne...

samedi 20 mai 2017

Noli me tangere... (Ne me touche pas)


Jésus lui dit : Mariam !
Celle-ci, s'étant retournée, lui dit en hébreu : Rabbouni !
Jésus lui dit : Ne me touche pas, μή μου άπτου,
car je ne suis pas encore monté vers le Père…
Jean 20 16-17



Tempera et or sur tilleul

lundi 8 mai 2017

La Sulamite...

  
"...Une femme danse, mains levées, dans la pluie. Elle a des cheveux très longs, lisses et noirs. La pluie est en elle et chacun de ses pas, posent l'eau sur le sol blanc, laissent dans la poussière une trace claire comme un lac. Il y a sur son front une seule perle tenue par un fil d'or presque invisible.



Elle danse. Qu'elle ne fasse que danser, qu'elle se donne à l'amour sans pensée, ni derrière, ni devant. L'eau ruisselle sur tout son corps.
Qu'elle est belle la Sulamite qui danse au désert. Le rocher lui-même s'émeut et accueille l'eau en perles.
Plus tard, bien plus tard, à la trace de ses pas naîtra des lys. Bien plus tard, quand le rocher attendri se sera ouvert à la vie.


Danse, Sulamite, danse la danse de ton Dieu. Sur la trace de ses pas, la terre fleurira, le rocher portera fruit. Danse Sulamite, tu danses le Feu du Seigneur, en toi, il y a Ses Larmes.
Danse sans te soucier de l'avant ou de l'après, danse pour Lui seul, ne t'inquiète pas du lieu de ta danse, ni de la trace de tes pas, danse..."
M. Felix, "les nuits de feu"

mardi 21 mars 2017

L'Annonciation... méditation



L'Annonce, église de Saint Cirq Lapopie
L’image est simple, presque nue…
Deux visages, quelques traces d’or en lignes fines que l’œil ne peut pas saisir, et cette déferlante d’or blanc et rosé qui épouse Marie…
Les nimbes sont seuls à être présents, définitivement.

Une image simple, vraiment, comme est simple la salutation de l’ange : « réjouis-toi ». Tout est dit. Le reste n’est que surcroît. « Καιρε… »
Il est penché vers elle qui ne l’a pas vu, mais qui entends. « Καιρε… »
Le bel archange est toute attention, toute présence. Rien ne le distrait de cette jeune femme qu’il doit rejoindre. Il n’est qu’un mouvement de lumière, l’or que la tempéra a voilé le dit bien. Toute l’icône est ainsi écrite sur de l’or, cette inaltérable lumière que Dieu a offerte à la terre et que l’homme si souvent dévoie.
« Καιρε… » et c’est la vie qui s’invite avec la joie.
Il appelle ainsi tous ceux qui poseront leur regard sur cette image : Réjouis-toi, bien-aimé, bien aimée, si tu m’entends réjouis-toi, le temps de l’annonce est venu, en ton cœur le mystère est en germe. Réjouis-toi !
Marie a entendu, elle est arrêtée, d’un coup. Elle allait, la toute vive, et là elle est suspendue, elle écoute intensément. C’est cet instant très particulier que l’iconographe a saisi.
Toute ouïe, le regard posé sur l’ailleurs, elle s’étonne : d’où vient cette voix qui dit la joie ? Cette salutation est interpellation et promesse… Καΐρε κεχαριτωμένη, réjouis-toi, toi qui est de tout temps et pour tous les temps  immergée dans la grâce… Marie tout pure.
Instant de grâce fugitif qui est au cœur de toute vie : nous sommes tous nés pour la joie, pour l’accueillir, et la mettre au monde. Tous. Sans exception.
Mais, me direz-vous, nous ne sommes pas l’Immaculée. Non, bien sûr. Mais en cet instant suspendu où l’ange s’approche de notre âme, toute  la grâce nous est offerte. Ecoute ! Ecoute ! Tout est là maintenant, pour toi ! 


« …C'est un instant, un reflet sur la peau du verre, insaisissable, tu es dans la rue et tu aimes, et puis c'est fini, plus rien, ça t'a échappé, ce regard autre, comme un sanglot, et n'en demeure maintenant que le souvenir. Tu n'oublieras pas. Quelques secondes dévoilées ont suffi.
                        Cet instant a existé. Il est quelque part au bord de ta vie. Un pause entre deux mouvements un jour où tu étais heureux, - c'est plus facile quand on s'est levé joyeux d'on ne sait quoi, on est plus libre de soi-même, on respire -, et en un clin d'œil, dans ce petit espace de la respiration où le souffle se retourne au dedans de nous, cela s'est passé.
 […]
Entre les deux temps du souffle, une virgule, au creux de l'infime espace, l'amour.

Cet instant a existé, il existe à chaque minuscule retournement, de toi à l'autre, de l'autre à toi, mouvement léger habité par les anges, battement d'aile, battement du coeur, au creux de toi. L'amour existe. Il attend les virgules où tu reprends souffle…. » Le pont, M.F.



La grâce passe ainsi dans notre vie, mais c’est notre oui entier manifesté dans notre arrêt et cette imperceptible attention qui ouvre à l’Esprit la voie de notre cœur. « Comment cela va-t-il se faire ? L’Esprit t’a couvert de son ombre… »
Tout est en route vers son accomplissement…
Déjà, au profond de nos cœurs, la Vie germe et grandit…
…Promesse du Vivant.



vendredi 13 janvier 2017

L'Annonciation...


Nouvelle année, et nouvel ouvrage :
l'écriture d'une grande icône de l'Annonciation...







La pose l'or est achevée, il est temps de se laisser choisir par les pigments...






L'écriture avance...






Le visage de l'Ange...









Marie..

.


L'Annonciation...